- BioMedConsulting

BioMed Consulting
Aller au contenu

Menu principal :

Projets


L'organisation biologique en tant que système ouvert autonome
Approche nouvelle depuis les années 1970-1980


La vision globale conditionne un des aspects de la connaissance.
Dans les sciences humaines,  en neurosciences mais aussi dans les sciences physiques, la relativité et la mécanique quantique où l'inséparabilité dans la relation entre l'expérimentateur et le dispositif expérimental, elle a fait resurgir la question de la connaissance, de la relation entre le sujet et l'objet.
La systémique en tant qu'approche holistique ne peut pas éviter cette question de la relation entre la connaissance et la réalité qui a fait l'objet de toute tradition philosophique ou spirituelle, et sa théorie est restée proche de la Tradition. Elle fait redécouvrir le sens et la logique de philosophies passées. Au 5
ème  siècle avant notre ère, Parménide expliquait l’univers par l’être statique et Héraclite l’expliquait par le devenir dynamique.
L'approche systémique est une vraie mutation dans notre conception de l'univers,  un changement de paradigme par rapport à la méthode scientifique classique. L'univers n'est plus seulement considéré comme un "être" fixe, dans le sens d'Aristote, mais surtout comme un "devenir " global, un réseau de relations et interactions. Par cette mutation de l'être vers le devenir, la conception moderne d'un univers dynamique se rapproche de philosophies traditionnelles.  Il reste donc parfois utile et nécessaire de jeter un regard en arrière sur l'évolution de la pensée.

Les trois principes matérialiste, réductionniste et déterministe ne sont jamais énoncés explicitement mais toujours sous-entendus dans le discours scientifique habituel parce que considérés comme évidents. Ils représentent par consensus une conception de l'existence du réel, une norme de la pensée scientifique que Thomas Kuhn a nommée paradigme.
La logique de l'être, est fondée sur le principe d'identité, sur l'existence réelle de la chose observée qui ne peut être autre que ce qu'elle est. Par conséquent elle ne peut pas être le contraire de ce qu'elle est (contradiction exclue) et elle ne peut être  autre (tiers exclu) au même point, au même moment, et selon toute autre considération. Cette condition indique que les principes logiques d'Aristote sont limités à l'existence ponctuelle et momentanée d'une observation ou mesure. C'est une limitation extrême de l'existence du réel.

"Il avance ses opinions comme quelqu'un qui cherche, jamais comme quelqu'un qui pense détenir la vérité". Einstein parlant de Niels Bohr

La médecine, en rapport avec la Tradition et avec le reflet de l'idée que je me fais de l'être humain et de sa place dans la Nature, doit aussi évoluer.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu